Études et recherches Archives - Page 2 sur 4 - Familles en affaires

Webinaire – Ayez de l’impact: développer vos habilités politiques pour accroître votre influence

Quels sont les faux pas politiques qu’il faut éviter lorsqu’on veut prendre sa place et faire sa place?

Comment savoir si on a de l’influence ou pas?

Comment accroître son influence si on n’en a pas ou très peu?

Peut-on être habile politiquement tout en restant fidèle à nos valeurs?

Voici quelques questions auxquelles ont répondu Denise Paré Julien, directrice du Centre des familles en affaires, et Pierre Lainey, maitre d’enseignement en management à HEC Montréal et spécialiste des habiletés politiquesl  lors
du webinaire du 6 octobre 2017.

Cliquez ici pour écouter ce qu’ils avaient à dire.

 

2020-11-02T18:32:09-05:00octobre 10 2017|Études et recherches|

13e édition du Family Enterprise Research Conference (FERC)

Du 8 au 10 juin dernier avait lieu la 13e édition du Family Enterprise Research Conference (FERC) à Asheville en Caroline du Nord. Cette conférence annuelle a permis à des académiciens et des praticiens du domaine d’étude des entreprises familiales, en provenance de 27 pays différents, d’échanger et de présenter leurs plus récentes recherches sur le sujet.

Le Centre y était représenté par Catherine S Beaucage et Valeriano Sanchez-Famoso, respectivement chargée de projets et professeur invité au Pôle d’entrepreneuriat, repreneuriat et familles en affaires de HEC Montréal.  Ils y ont présenté leur recherche s’intitulant « Analyzing the Importance of Network Mobilization During Entrepreneurial Take Over Processes in Family Business »*, réalisée en collaboration avec deux autres chercheurs, Luis Cisneros (professeur agrégé à HEC Montréal) et Bérangère Deschamps (Professeure en sciences de gestion à l’Université Paris 8).

Cette conférence a permis au Centre d’être au courant des nouveautés au niveau de la recherche, ce qui est en adéquation avec sa mission d’être à l’avant-garde du domaine d’étude des entreprises familiales.

 

 

*Analyser l’importance de l’évolution de la mobilisation du réseau lors du processus de repreneuriat dans les entreprises familiales

 

2020-11-02T20:57:34-05:00juin 13 2017|Études et recherches|

Soirée thématique «des familles en famille»: L’intrapreneuriat comme processus d’intégration à l’entreprise familiale

Le Centre des familles en affaires organise sa troisième soirée thématique réservée uniquement aux membres d’entreprises familiales. Pour cette édition, l’intrapreneurship, un type d’entrepreneuriat de plus en plus présent en entreprise familiale, vous sera présenté.

Jean-Philippe Gagnon, un intrapreneur à l’intérieur de son entreprise familiale, s’entretiendra avec Denise Paré Julien, directrice du Centre des familles en affaires.

Un évènement réservé aux membres d’entreprises familiales riche en informations et en rencontres!

Date: Mardi 23 mai 2017 de 17 h 30 à 20 h 30
Lieu: Restaurant Le Cercle, HEC Montréal

Membre d’entreprise familiale: 40$

Étudiant: 20$

Consommations et bouchées offertes sur place!

Réservation, cliquez ici!

Pour toute information: famillesenaffaires@hec.ca

2020-11-02T21:10:23-05:00avril 25 2017|Études et recherches|

MOOC – Entrepreneuriat familial

Premier MOOC (massive open online course) en français sur les entreprises familiales au monde!

Les entreprises familiales sont parties intégrante de notre système économique depuis toujours. Plus vieille forme d’entreprise, elles représentent actuellement 90% des entreprises en Amérique du Nord et génèrent 60% du PIB canadien… Mais qu’est-ce que cette forme d’entreprise a de particulier?

Développé par le Centre des familles en affaires, en collaboration avec plusieurs professeurs de HEC Montréal, le MOOC «Entrepreneuriat familiale» se veut une introduction complète au monde des entreprises familiales. Ce cours souhaite:

  • Démystifier les entreprises familiales
  • Présenter les avantages et les défis des entreprises familiales
  • Présenter des modèles permettant de saisir et de comprendre les particularités des entreprises familiales
  • Offrir un espace de réflexion pour les membres d’une entreprise familiale

Le tout sera présenté à l’aide de témoignages de membres d’entreprises familiales, de témoignages d’experts, de capsules vidéos et de cas figuratifs, le tout, dans le but de favoriser un transfert de connaissances dynamique.

Ce cours s’adresse à :

  • Des membres d’entreprises familiales
  • Des professionnels oeuvrant auprès d’entreprises familiales
  • Des étudiants
  • Et toutes personnes intéressées par le sujet

Formation gratuite ouverte à tous! — POUR VOUS INSCRIRE

Le cours débute le 13 mars!

 

2020-11-02T21:18:01-05:00mars 8 2017|Études et recherches|

5@7 Réussir la continuité de l’entreprise familiale avec Alain Chalifoux

Le lundi 20 février dernier, le Centre des Familles en Affaires, en partenariat avec l’École des dirigeants de HEC Montréal, lançait sa formation Entrepreneuriat familial: réussir la continuité de l’entreprise.

D’une durée de cinq jours, ce cours aborde les enjeux relatifs à la continuité des entreprises familiales. Il aide plus particulièrement la génération montante à développer ses compétences et son leadership pour s’épanouir dans l’entreprise familiale.

Cette première journée de cours fût clôturée par un 5@7 où Alain Chalifoux, de la Laiterie Chalifoux — notamment connue pour les produits Riviera — a parlé de la pertinence d’un tel cours, mais aussi de l’importance de la famille dans le processus de continuité de l’entreprise.

« On a failli ne pas avoir de 4e génération » – Alain Chalifoux

M. Chalifoux a expliqué son parcours et les difficultés du transfert, principalement dû à une méconnaissance des façons de faire, mais aussi à la trop grande bonté de son père qui voulait que tout le monde soit sur un même pied d’égalité. Impossible ! Comme le disait M. Chalifoux, chaque personne est unique, avec ses forces et ses faiblesses, il est donc néfaste pour l’entreprise familiale de ne pas faire de différences entre les repreneurs. Le rôle, le titre et le salaire doivent refléter les compétences et non le lien familial.

Il est aussi essentiel, selon lui, d’entamer le processus de transfert très tôt. Il faut que la génération senior ait assez d’énergie tout au long du processus pour que le transfert se fasse avec efficacité.

Enfin, le conseil de famille est tout autant, si ce n’est plus, vital dans une entreprise familiale, et ce, pour trois raisons. La première est la continuité de l’information. M. Chalifoux a créé son entreprise avant de reprendre la Laiterie Chalifoux, il lui manque donc plusieurs années de connaissances sur l’entreprise. Heureusement, sa cousine, avec qui il a repris l’entreprise, a toujours travaillé dans la laiterie, ils se complètent donc, mais il n’en demeure pas moins qu’un conseil de famille aurait permis de savoir ce qui se passait au quotidien dans l’entreprise. La deuxième est que le conseil de famille permet aussi de ne pas laisser les choses s’envenimer entre les membres de la famille. C’est le lieu où l’on parle de ses opinions et de son ressenti, en plus des stratégies d’affaires. « Travailler dans une entreprise familiale et après ça, toutes les entreprises vous sembleront faciles à gérer ». Finalement, un conseil de famille permet d’impliquer beaucoup plus tôt la génération montante. Ils ont accès au cœur de l’entreprise, peuvent poser des questions, comprendre ce qui se passe et s’imprégner de la culture de l’entreprise familiale plus facilement.

« Faites confiance à la génération future » – Alain Chalifoux

M. Chalifoux a raconté l’histoire de la Laiterie Chalifoux et de la manière dont chaque génération a amélioré l’entreprise familiale. Selon lui, la génération senior a souvent peur que le la génération montante change l’entreprise au complet et ne comprend pas forcément la nouvelle vision proposée. Or, la beauté d’une entreprise familiale est justement l’amélioration par les générations ! Il ne faut surtout pas être jaloux de la génération d’après, au contraire, le repreneur a souvent à cœur d’amener l’entreprise encore plus loin. Surtout, s’ils sont étudiés ou travaillés ailleurs, cela apporte un vent de fraîcheur et de nouveauté, alors que la génération sénior est dans une certaine routine qui l’empêche de voir toutes les possibilités pour l’entreprise.

« Ce cours m’a changé » – Alain Chalifoux

Fier ambassadeur, M. Chalifoux estime que ce cours et HEC Montréal lui ont énormément apporté, tant sur les connaissances que les relations qu’il a créées, étant encore en contact avec les personnes de sa cohorte.

Le cours Entrepreneuriat familial : Réussir la continuité de l’entreprise permet de mieux comprendre réellement le processus continuité en entreprise familiale et offre des outils et une structure adaptée à la réalité des entreprises familiales. C’est, selon lui, ce qui fait défaut souvent aux entreprises familiales. Elles ne pensent pas assez ni à la continuité de l’entreprise ni à l’organisation de l’entreprise. Instaurer des structures est pourtant essentiel et c’est pourquoi des cours comme celui-ci sont importants, a-t-il rappelé.

Vous l’aurez compris, M. Chalifoux est convaincu par cette formation, et on espère que vous serez les prochains à l’être !

 

2020-11-02T21:19:02-05:00février 21 2017|Études et recherches|

HEC Montréal et le Centre représentés au Global Family Enterprise Case Competition

Trois étudiants, Maxence Guérin (M. Sc. Affaires internationales), Audrey Taillefer (M. Sc. Stratégie) et Catherine S Beaucage (M. Sc. Management), ont représenté HEC Montréal lors du University of Vermont Global Family Enterprise Case Competition (FECC) à Burlington.

Denise Paré-Julien, directrice du Centre des familles en affaires Deschênes | Molson | Lesage HEC Montréal a accompagné l’équipe à titre de coach.

Lors de cette compétition académique, 24 équipes provenant du monde entier étaient présentes.

L’équipe de HEC Montréal est arrivée en 2ème place de sa division. Une belle première présence pour l’École!

Félicitations!

 

De gauche à droite, Maxence Guérin, Catherine S Beaucage, Denise Paré-Julien, Audrey Taillefer

Présentation des équipes lors de la première soirée

 

 

2020-11-02T21:26:21-05:00janvier 5 2017|Études et recherches|

Déjeuner-Conférence: La planification testamentaire de gens d’affaires

Premier petit déjeuner-conférence du Centre des familles en affaires. Mme Loranger, notaire chez BCF, viendra nous parler des particularités inhérentes à la planification testamentaire des gens d’affaires.

Mercredi 30 novembre 2016, 7h30 à 9h00 

HEC Montréal (Pavillon Côte Ste-Catherine), Salle Saine Marketing (un petit déjeuner vous sera offert)

Prix: Général: 20$ et Étudiant: 10$

Ouvert à tous!

Inscriptions: Cliquez ici

Pour toutes informations: famillesenaffaires@hec.ca

Mme Loranger exerce depuis 2006 comme notaire au sein de l’équipe de protection du patrimoine de la firme BCF. 

Elle possède une expertise combinée en droit des sociétés, en droit de la famille, des successions et des fiducies. 

Elle est l’auteure de plusieurs textes sur les fiducies et les successions. Elle agit régulièrement comme conférencière notamment dans le cadre des formations offertes par l’Association de planification fiscale et successorale, le Barreau du Québec, la Chambre des notaires du Québec et pour des conférences en ligne pour Conferencespro.tv.

 

2020-11-02T21:34:11-05:00octobre 31 2016|Études et recherches|

Soirée thématique «des familles en famille»: en entreprise familiale, deux têtes valent mieux qu’une?

Le 23 novembre dernier avait lieu la deuxième édition des soirées thématiques «des familles en famille». Pour cette édition nous avons abordé la codirection, un modèle de plus en plus prisé par les entreprises familiales.

Isabèle Chevalier et François-Pierre Chevalier nous ont parlé de leur expérience à titre de coprésidents de leur entreprise familiale Bio-k+ International. Le panel était animé par Denise Paré-Julien, directrice du Centre des familles en affaires Deschênes | Molson | Lesage HEC Montréal.

omqh8jur0ycg619nmoxq_thumb_28d7

2020-11-02T21:35:15-05:00octobre 18 2016|Études et recherches|

Les groupes d’affinité, plus que du «social» pour les entrepreneurs

Par Catherine S Beaucage

Grandissant dans une famille d’entrepreneurs, j’ai toujours vu mon entourage s’impliquer dans diverses associations en plus de l’entreprise familiale. À quoi bon être à la course les lundis soirs, entre les devoirs des enfants, le souper familial et la conférence sur l’importance d’une vie équilibrée? C’est ce que je me suis longtemps demandée!

Toutefois, depuis que j’ai fait de l’entreprise familiale mon domaine d’étude et que j’écoute les propos de plusieurs leaders issus de ce milieu, force est de constater que nombreux sont ceux qui, tout comme mon entourage, sont membres d’associations ou de groupes d’affinité. Est-ce une mode, un impératif ou une simple coïncidence? C’est ce que j’ai tenté d’explorer!

Ce n’est plus un secret pour personne, le croisement de l’unité familiale avec celle de l’entreprise amène les dirigeants d’entreprises familiales à faire face à des enjeux complexes qui leur sont propres. Ils doivent souvent apprendre à jongler avec trois balles : celle de l’harmonie familiale, de la prospérité de l’entreprise, mais aussi avec celle composée à la fois de leurs aspirations personnelles et des motivations des autres membres de la famille.

Un constat est certain : face à ces multiples enjeux, les dirigeants d’entreprises familiales se sentent souvent bien seuls à bord de leur navire! C’est justement pour briser leur solitude que ces dirigeants vont chercher à joindre des groupes sociaux composés de gens qui leur ressemblent.

Or, ces groupes sociaux, qui sont généralement formés en fonction de critères d’affinité, tels que l’âge, le genre et la profession, vont faire bien plus que briser l’isolement du dirigeant! En effet, selon deux chercheurs australiens, ces groupes développeraient également un leadership positif chez les leaders familiaux, ce qui leur permettrait d’assurer une meilleure gestion de leurs entreprises respectives (Caspersz et Thomas, 2015).

De quelle façon?

Composés de gens souvent confrontés aux mêmes réalités, ces groupes sont des lieux où les situations vécues par les dirigeants d’entreprises familiales sont comprises par tous. Par exemple, des membres de la génération montante dans une entreprise familiale peuvent facilement comprendre quand il est question d’établir sa légitimité dans l’entreprise. En partageant leurs réalités, leurs questionnements et leurs enjeux, les membres échangent des conseils, ce qui les amène à approfondir leur compréhension et à mieux gérer leurs défis quotidiens. C’est donc à travers ces partages, souvent confidentiels, et ce soutien que les groupes d’affinité amènent leurs membres à développer leur leadership positif, une qualité essentielle chez les gestionnaires familiaux. Effectivement, ce type de leadership leur permet de croire en leurs capacités et ils peuvent ainsi mieux assumer leurs multiples responsabilités : pérennité et continuité de l’entreprise, ambitions personnelles, mésententes familiales et j’en passe.

Dans les derniers mois, j’ai pu confirmer ce phénomène lors de rencontres que j’ai effectuées avec des entrepreneurs ayant repris les rênes de leur entreprise familiale. À travers ces entretiens, je voulais comprendre l’impact du réseau social sur les repreneurs d’entreprises familiales québécoises. Alors que je m’attendais à entendre ces dirigeants me parler de leur famille, de leurs amis ou encore des professionnels tels les avocats, les comptables ou les consultants qui les soutiennent au quotidien, j’ai plutôt rencontré des entrepreneurs pour qui les membres de leur groupe d’affinité jouaient un rôle central dans leur développement.

En effet, un entrepreneur m’a clairement indiqué que c’étaient ses collègues du groupe qui l’avaient fait grandir en challengeant ses idées et en lui amenant de nouvelles pistes de réflexion. Dans le même ordre d’idées, une autre entrepreneure m’a aussi confié que ses confrères lui avaient permis de faire progresser son style de gestion tout en profitant de leur entraide et de leur support.

Nous pouvons donc conclure qu’en plus de briser l’isolement, les groupes d’affinité sont des réseaux offrant des conseils et un support émotionnel, ce qui permet aux leaders de développer leurs habiletés, de peaufiner leur vision et d’avoir la confiance nécessaire pour assurer la direction de leur entreprise familiale. Au Québec, nous retrouvons parmi les plus cités Le Groupement des chefs d’entreprise du Québec, YPO (Young président organisation) et Le Groupe la relève, mais il en existe plusieurs autres. À vous de trouver celui qui vous convient le plus et qui vous donnera envie d’être à la course les lundis soirs!

 

Source originale: Les Affaires, blogue Coefficient entrepreneurial, publié le 16/09/2016

2020-11-02T21:36:25-05:00septembre 20 2016|Études et recherches|

Dossier famille en affaires – Changement de cap pour les entreprises familiales. Place à la gestion multigénérationnelle

Denise Paré-Julien a participé au dossier spécial sur les entreprises familiales de la Revue Gestion de HEC Montréal. Nous avons longtemps cru qu’assurer la relève en entreprise familiale revenait à former un successeur avant que le dirigeant ne se dirige vers la sortie. Or, il s’avère que la réalité actuelle est tout autre. Avec l’espérance de vie qui s’accroît, plusieurs générations cohabitent désormais au sein d’une même société pendant des décennies. Partager le pouvoir tout en préservant l’harmonie familiale constitue alors leur principal défi. Voici quelques clés pour y parvenir.

Pour accéder à l’article: Cliquez ici

2020-11-03T15:42:06-05:00septembre 19 2016|Études et recherches|
Aller en haut