Par Catherine S Beaucage
Ex-Conseillère au développement de contenu, transfert et recherche à Familles en affaires
Co-Intrapreneure / Consultante en management chez CoBoom

Une fois créée, une entreprise évolue, change et se renouvelle. Ces éléments sont clés si l’entreprise souhaite rester à flot et demeurer concurrentielle. Les marchés sont en constant changement, les entreprises doivent donc suivre le rythme pour assurer leur pérennité. L’idée initiale qui a  permis la création de l’entreprise doit sans cesse être revisitée pour que l’entreprise maintienne une proposition de valeur digne de ce nom. « La stimulation de l’esprit intrapreneurial au sein d’une organisation représente la stratégie idéale pour devenir et demeurer innovant et compétitif dans l’environnement global actuel » (Fillion et Chirita, 2016: 210).

Dans un contexte où l’entrepreneuriat est de plus en plus valorisé, l’intrapreneuriat serait-elle une solution pour assurer la continuité des entreprises?

Qu’est-ce que l’intrapreneuriat?

Tel que l’indiquent Fillion et Chirita dans leur ouvrage sur le sujet, le terme intrapreneuriat est uniquement apparu dans la littérature vers les années 1970-1980. Avant cela, les intrapreneurs étaient traités sous le même parapluie que les entrepreneurs et la distinction entre  les deux n’était pas claire. En effet, Joseph A. Shumpeter présentait l’entrepreneur comme un créateur d’entreprises, mais aussi  comme «un agent qui vient dynamiser les organisations en y apportant des innovations» (Fillion et Chirita, 2016: 20; Schumpeter, 1961). L’étude de l’intrapreneuriat en tant que concept est née d’un besoin des chercheurs de mieux comprendre comment le renouveau des organisations et l’innovation influencent la performance organisationnelle (McKelvie et al., 2014).

Depuis que l’intrapreneuriat est un champ de recherche, plusieurs auteurs ont apposé leur définition sur l’intrapreneuriat. Toutefois, l’innovation au sein d’une organisation existante serait au cœur de la définition de l’intrapreneuriat.

 

« L’intrapreneuriat, c’est l’expression entrepreneuriale dans les organisations, plus précisément la conception et la mise en œuvre d’innovations dans les organisations. » (Filion et Chirita, 2016)

 

Toujours selon Fillion et Chirita, le rôle de l’intrapreneur va au-delà du rôle d’agent de changement, il est un acteur qui permet à l’entreprise de se renouveler.

Comment différencier un entrepreneur d’un intrapreneur?

Pour différencier l’intrapreneur de l’entrepreneur, gardons en tête qu’un entrepreneur crée une entreprise, alors qu’un intrapreneur développe son projet entrepreneurial à l’intérieur d’une entreprise ou d’une entité déjà existante. Le tableau suivant résume les grandes différences entre l’entrepreneur et l’intrapreneur.

L’intrapreneuriat dans un contexte d’entreprise familiale

L’intrapreneuriat est un concept de plus en plus présent dans le domaine des entreprises familiales. Une récente étude a justement démontré que nombreux sont les repreneurs d’entreprises familiales qui, avant d’être à la tête de l’entreprise, mettent en place des actions intrapreneuriales. Ces initiatives semblent être déterminantes dans leur processus d’intégration dans l’entreprise familiale.

Une situation gagnante pour l’entreprise familiale dans son ensemble 

L’intrapreneuriat peut avoir des effets très positifs sur l’ensemble de l’entreprise familiale, autant au niveau de la famille, de l’entreprise que du patrimoine.

La famille

Regardons dans un premier temps la sphère de la famille. Premièrement, ayant évolué dans un contexte où l’entrepreneuriat était vécu et légitime, grandes sont les chances que la génération montante ait des ambitions entrepreneuriales. Ainsi, l’ouverture vis-à-vis l’intrapreneuriat donne l’occasion aux membres de la génération montante de réaliser leurs aspirations entrepreneuriales à l’intérieur de l’entreprise familiale.

Mettre en œuvre des initiatives leur permet aussi de développer de nouvelles habiletés, autant au niveau du savoir-faire que du savoir-être, tout en ayant accès à des coachs ou à des mentors (membres de la génération senior, employés ou autres). Ils poursuivent alors leur formation à l’intérieur de l’entreprise familiale. Cette dernière dévient, en quelque sorte, un incubateur pour la nouvelle génération.

Les projets intrapreneuriaux peuvent aussi permettre d’évaluer le potentiel et les intérêts des membres de la génération montante, ce qui peut être utile lors de la planification de la transition.

Finalement, au niveau de la famille, les projets intrapreneuriaux amènent plusieurs membres de la famille à échanger et à travailler ensemble, et ce, autant au moment de la sélection des projets qu’au moment de leur mise en œuvre. Cela favorise un rapprochement entre les membres de la famille et donc, par ricochet, entre les générations.

L’entreprise

En plus du pôle familial, l’intrapreneuriat a, généralement, des effets positifs sur l’entreprise. Dans un premier temps, en voyant l’entreprise comme un terrain propice à la mise en place de leurs idées entrepreneuriales, les membres de la génération montante seront plus enclins à s’intéresser à l’entreprise. En y travaillant, ils se familiarisent aussi avec le fonctionnement de l’entreprise, ce qui leur permet d’avoir une meilleure compréhension de celle-ci.

Lorsque bien orchestré, un projet intrapreneurial a aussi des effets positifs sur la croissance de l’entreprise. En effet, les projets peuvent, par exemple, diversifier son offre de produits ou de services, augmenter sa productivité, élargir l’étendue géographique de ses activités, etc. De plus, étant donné que l’intrapreneuriat favorise la formation des individus, la génération montante sera plus outillée pour éventuellement prendre les rênes. Ensemble, ces deux éléments favorisent donc la continuité de l’entreprise familiale.

Grâce à leurs projets, les intrapreneurs viennent acquérir le respect de la génération senior et des autres dirigeants de l’entreprise familiale externes à la famille qui sont, eux aussi, une partie prenante importante du processus de repreneuriat. De ce fait, ils développent leur légitimité, en démontrant un savoir-faire concret.

Le patrimoine

Le dernier pôle de l’entreprise familiale est le patrimoine et l’intrapreneuriat a aussi un effet positif sur celui-ci. Lorsque le projet intrapreneurial porte fruit, il participe à la croissance du patrimoine de la famille en affaires. Il peut aussi participer à sa diversification, si le projet amène l’entreprise à diversifier ses activités.

Voici une illustration qui récapitule les impacts positifs de l’intrapreneuriat sur l’entreprise familiale dans son ensemble :

 

Quelques défis et risques à garder en tête 

Comme nous venons de le voir, l’intrapreneuriat a beaucoup d’avantages pour l’entreprise familiale. Cependant, il y a tout de même quelques défis qui, mal gérés, peuvent amener des risques pour les individus et pour l’entreprise.

Par exemple, l’intrapreneuriat, comme vecteur de légitimité, est un couteau à double tranchant. Concrètement, si les actions ne donnent pas le succès escompté, cela peut avoir des conséquences négatives sur la légitimité de l’intrapreneur. Il est donc important pour ce dernier de demeurer conscient de ce risque de réputation et ce, même si l’individu est déjà considéré comme le futur dirigeant de l’entreprise. Pour lui, c’est le temps de faire ses preuves.

De plus, comme tout nouveau projet, l’intrapreneuriat vient avec des risques d’affaires. En multipliant ses initiatives et ses projets, l’entreprise utilise ses ressources (financières, humaines, matérielles, etc.). Il y a donc un risque que les investissements réalisés dans le cadre du projet ne rapportent pas les résultats attendus. La sélection rigoureuse des projets et les suivis, tels que nous le verrons dans la prochaine section, sont donc essentiels pour mitiger ces risques d’affaires qui, à long terme, pourraient avoir un impact sur la continuité de l’entreprise.

Comment favoriser l’intrapreneuriat dans son entreprise familiale?

 

  1. Ouverture

L’ouverture de la génération senior aux nouvelles idées est sans doute la première étape vers la réussite des projets intrapreneuriaux, car elle permet à la génération montante de mettre en œuvre ses idées intrapreneuriales. En son absence, la nouvelle génération n’aurait pas la même latitude pour déployer ses projets et ne serait peut-être même pas tentée de faire preuve d’initiative. En démontrant une ouverture, la génération senior favorise la culture entrepreneuriale familiale et celle de l’entreprise. Ceci est important, car, basé sur les écrits de Fillion et Chirita (2016), la culture organisationnelle est le facteur le plus déterminant pour l’activité entrepreneuriale d’une organisation.

  1. Sélection des projets

La sélection des projets est aussi une étape bien importante dans ce processus. Décider d’investir dans le projet de la génération montante doit être basé sur une analyse d’affaires et non uniquement sur l’émotion liée à l’appartenance familiale de l’individu. Le projet doit être faisable, désiré par le marché et rentable. Investir sans analyse, c’est ne rendre service à personne.

Malgré cette analyse, il est tout de même possible que le projet n’ait pas les résultats escomptés. Si c’est le cas, il faut garder en tête qu’il aura tout de même permis d’identifier des talents et de les avoir fait grandir dans le processus Un projet intrapreneurial doit toujours être perçu comme un apprentissage et non uniquement comme un échec.

  1. Accompagnement

Une fois le projet accepté, il est important d’offrir un niveau d’accompagnement adéquat à l’intrapreneur afin de maximiser ses chances de succès. Cet accompagnement peut être fait par un parent, par un autre membre de la famille qui travaille dans l’entreprise ou encore par un employé ou un cadre non familial. Peu importe la personne désignée, celle-ci doit guider l’intrapreneur tout au long du processus afin que celui-ci mène à bien son projet et que l’entreprise familiale, dans son ensemble, puisse en bénéficier.

Pour conclure, l’intrapreneuriat en contexte d’entreprise familiale est une situation gagnant-gagnant. D’un côté, il y a une génération montante qui, tel que nous l’a démontré l’Indice entrepreneurial québécois 2014, est plus entrepreneuriale que jamais. De l’autre côté, il y a des entreprises avec de multiples ressources qui, vu les marchés actuels, doivent sans cesse chercher à innover pour rester compétitives.

Ouvrez donc la porte aux idées entrepreneuriales de votre génération montante afin de leur permettre de se développer au sein de l’entreprise familiale et, par le fait même, assurez votre pérennité.

Écoutez l’histoire intrapreneuriale de Jean-Philippe Gagnon de l’entreprise familiale Innovitech.

Références :

Beaucage, Catherine S (2016). Le processus de repreneuriat en entreprise familiale: l’évolution du réseau de soutien du repreneur. (Mémoire de maîtrise), HEC Montréal, Montréal, 129p.

Cohen, Allan R. et Pramodita Sharma (2016). Entrepreneurship in every generation – How successfull family businesses develop their next leaders, Oakland, CA, Berrett-Koehler Publisherr, Inc., 226 p.

Fillion, Louis Jacques et Marcea-Gabriel Chirita (2016). Intrapreneuriat – S’initier aux pratiques innovates, Montrél, Les Éditions JFD, 302 p.

Hervé, Guillaume (2014). Winning at intrapreneurship, Montréal, G3point0 Consulting, 291p.

McKelvie, Alexander, Aaron F. McKenny, Lumpkin G. T. et Short Jeremy C. (2014). « Corporate entrepreneurship in family business: past contributions and future opportunities », dans Leif Melin, Mattias Nordqvist et Pramodita Sharma (dir.), The SAGE Hanbook of Family Business, London, p. 340-363.